open
Thursday, May 2, 2019 - 11:15

Discussion Question 1 – Marketing

Marketing and communications are critical to success in bringing creative and cultural products to consumers and growing the sector.  Creating the right product, setting the right price, identifying the right market, understanding export challenges and opportunities, and undertaking effective promotion are essential considerations for the long term stability of those retailing cultural products and services.

 

Looking ahead for the next 10 years, what would you like to see in place that would make a positive impact on your ability to market or promote your work?

 

If you would prefer to send us your thoughts privately, please email your responses to TC-CCIS-ENGAGE@gov.yk.ca. Thank you for participating.

Keshah Austin
Communication & Engagement Intern

Comments

Annie Avery
Friday, May 17, 2019 - 09:32
In the music industry, marketing is now done with film/video. The biggest single thing that could happen is a simple fund/opportunity where musicians could make a short promotional video. This has been tried, with great results, but we need more of it available. Music Yukon could even be the administrator of this opportunity. Funding does not necessarily have to cover 100% of costs, as cost sharing with artists can ensure commitment.
Dans l'industrie de la musique, le marketing se fait maintenant avec film / vidéo. La plus grande chose qui pourrait arriver est un simple fonds / opportunité où les musiciens pourraient faire une courte vidéo promotionnelle. Cela a été essayé, avec d'excellents résultats, mais nous avons besoin de plus de ressources disponibles. Music Yukon pourrait même être l'administrateur de cette opportunité. Le financement ne doit pas nécessairement couvrir 100% des coûts, car le partage des coûts avec les artistes peut garantir l'engagement.
favorite like
3 liked this
Chris Caldwell
Tuesday, June 4, 2019 - 12:14
In today's visual art industry the artist must be technologically savvy to market online or willing and able to focus solely on art that appeals and is affordable to the tourist market as the local market is limited to a buying audience of only a few hundred. Yukon's art retail shops have dwindled to only a few as more private artist groups have established their own "closed shops" (meaning members only). In recent times publishing art in print form has changed drastically : example - I once could publish low cost posters and prints based on volume (the more you print in a run, the lower the individual price per unit), nowadays artists can only publish short runs as the price per unit is the same whether one publishes 5 or 500 leaving no profitable gain meaning self-publishing of art has become a vanity product for promotional purposes only and for no income. Added to these new age burdens are the issues of sky-rocketing costs for importing manufactured products (such as printed coffee cups, etc.) and/or exporting said goods to Outside markets - the new gas tax will close the doors to many sales opportunities as at present shipping out a $10.00 poster costs $18.00 minimum, there aren't many buyers who are willing to pay $28.00 for a $10.00 online purchase and as of July 1 that price will climb. Yukon needs to establish an out-of-territory agency to publish, stock, market and sell Yukon's visual art products beyond our borders via a virtual store front and brick & mortar warehouse (example: Amazon). Yukon's local based visual art market is over-saturated (Economic Development says so) thus Outside markets are the only options to create a future for Yukon's visual artists so we can support ourselves without requiring constant begging for hand-outs from Arts funding.
Dans le secteur des arts visuels, l’artiste doit être à la pointe de la technologie pour commercialiser en ligne ou vouloir et pouvoir se concentrer uniquement sur des œuvres attrayantes et abordables pour le marché touristique, le marché local se limitant à quelques centaines de spectateurs. Les magasins de vente au détail d’œuvres d’art du Yukon n’ont plus que peu d’entre eux, alors que de plus en plus de groupes d’artistes privés ont créé leurs propres «magasins fermés» (pour les membres uniquement). Récemment, la publication d’œuvres d'art sous forme imprimée a radicalement changé: exemple - je pouvais une fois publier des affiches et des impressions à faible coût en fonction du volume (plus vous imprimez en série, plus le prix individuel par unité est bas), de nos jours, les artistes ne peuvent publier que de courtes quantités. fonctionne comme le prix unitaire est le même, que l’on publie 5 ou 500, ne laissant aucun profit rentable, ce qui signifie que l’auto-édition de l’art est devenue un produit vanité à des fins promotionnelles uniquement et sans revenu. À cela s'ajoutent les coûts exorbitants liés à l'importation de produits manufacturés (tels que des tasses à café imprimées, etc.) et / ou à l'exportation desdits produits sur des marchés extérieurs - la nouvelle taxe sur l'essence fermera la porte à de nombreuses opportunités de vente pour le moment, l'envoi d'une affiche de 10,00 $ coûte 18,00 $ minimum, de nombreux acheteurs ne sont pas disposés à payer 28,00 $ pour un achat en ligne de 10,00 $ et, à compter du 1er juillet, ce prix augmentera. Le Yukon doit créer une agence extraterritoriale chargée de publier, de stocker, de commercialiser et de vendre les produits d’art visuel du Yukon au-delà de nos frontières via une devanture de magasin virtuel et un entrepôt brick & mortar (exemple: Amazon). Le marché local des arts visuels au Yukon est sursaturé (Développement économique le dit bien). Ainsi, les marchés extérieurs sont les seules options pour créer un avenir pour les artistes visuels du Yukon. Nous pouvons ainsi subvenir à nos besoins sans avoir à réclamer sans cesse des subventions du programme Arts.
favorite like
0 liked this
Al C
Sunday, June 23, 2019 - 15:33
Marketing arts and culture in Yukon is not a singular topic. Marketing Yukon as a cultural and artistic destination. For a long time, Yukon has been sold to the rest of the world as a “wilderness” destination. Despite recognizing that our artistic and cultural ventures should be an important part of the Yukon story we continue to ignore them in our tourism marketing. Lately we have discovered that our First Nations make good advertising copy and market their culture in an unhealthy colonial way. Yukon is blessed with a vibrant arts and culture scene that is the envy of many regions of this country. We can celebrate that energy and activity and find ways to use it to impress our visitors and bring more people to the territory for a “complete visitor experience”. We need to engage our visitors before and after they go off to discover the wilderness. The experience that they have in our restaurants, theatres and galleries will help bring them back. Instead of paying lip service to arts and culture as one of smallest pillars of tourism we need to celebrate it as an important attractant; we can market to all of the five senses. Marketing First Nations Culture First Nations “Culture” can be an important attractant for visitors to the Yukon. However, it is the culture of our First Nations and can only be shared respectfully by the First Nations. The Adäka Festival is a successful example of cultural sharing and celebration. The Territory can assist the First Nations and itself by investing in First Nations training and explorations of ways to share their cultural wealth on their terms. Marketing in support of our artists The Yukon is blessed with a wide range of art makers. The Territory needs to find ways to help those artists to flourish and get their work to market. Direct Industry Wide Support: Many of our arts organizations and most of our artists lack the training, and funds for effective marketing within and out of the Territory. This is a recognized challenge across the cultural industries. The Territory has on staff people with the necessary skills, perhaps part of their mandate could be to share those skills with the creative sector. Another way might be to establish and core fund a cooperative marketing agency that could be used by many organizations and individuals on a cost share basis. Arts Support Organizations Arts support organizations play a key role advancing the productivity and marketing of the work of our artists across the nation and abroad. Some like Music Yukon are obvious support organizations but many others play important roles in showcasing the work of our artists such as KIAC, Jazz Yukon, Kluane Mountain Blues Festival, DCMF, YAC, YA@W Gallery, Arts Underground and many more. Helping these organizations to develop the tools of effective marketing is important. Individual Artists The changing nature of the retail world means that our artists must evolve to market their work through digital means. Artists marketing in the ever-changing digital era face considerable challenges that need to be met with flexible, inexpensive training. Digital marketing is key to those in the music industry and increasingly important to most of the other art forms. Once again, the idea of a supported co-operative marketing agency is interesting as such a service could free up the artists time to make their work.
La commercialisation des arts et de la culture au Yukon n’est pas un sujet isolé. Promouvoir le Yukon comme destination culturelle et artistique. Pendant longtemps, le Yukon a été vendu au reste du monde en tant que destination «sauvage». Bien que nous reconnaissions que nos entreprises artistiques et culturelles devraient constituer une partie importante de l'histoire du Yukon, nous continuons de les ignorer dans notre marketing touristique. Dernièrement, nous avons découvert que nos Premières nations réalisent une bonne copie publicitaire et commercialisent leur culture d’une manière coloniale malsaine. Le Yukon jouit d'une scène artistique et culturelle vibrante qui fait l'envie de nombreuses régions du pays. Nous pouvons célébrer cette énergie et cette activité et trouver des moyens de l’utiliser pour impressionner nos visiteurs et attirer plus de personnes sur le territoire pour une «expérience visiteur complète». Nous devons engager nos visiteurs avant et après leur départ pour découvrir la nature sauvage. L'expérience qu'ils ont dans nos restaurants, théâtres et galeries les aidera à les ramener. Au lieu d’admettre de prime abord que les arts et la culture sont l’un des plus petits piliers du tourisme, nous devons le célébrer comme un attractif important; nous pouvons vendre à tous les cinq sens. Promotion de la culture des Premières nations La «culture» des Premières nations peut constituer un attrait important pour les visiteurs du Yukon. Cependant, c'est la culture de nos Premières Nations et ne peut être partagé que par respect avec les Premières Nations. Le festival Adäka est un exemple réussi de partage culturel et de célébration. Le territoire peut aider les Premières nations et lui-même en investissant dans leur formation et dans l’exploration de moyens de partager leur richesse culturelle à leurs conditions. Marketing à l'appui de nos artistes Le Yukon compte un grand nombre de créateurs d'art. Le territoire doit trouver des moyens d'aider ces artistes à s'épanouir et à commercialiser leurs œuvres. Soutien direct à l’ensemble de l’industrie: Bon nombre de nos organismes artistiques et la plupart de nos artistes n’ont ni la formation ni les fonds nécessaires à un marketing efficace à l’intérieur et à l’extérieur du territoire. Il s'agit d'un défi reconnu dans les industries culturelles. Le territoire compte sur du personnel possédant les compétences nécessaires. Une partie de leur mandat pourrait peut-être consister à partager ces compétences avec le secteur de la création. Une autre solution consisterait à créer et à financer une agence de marketing coopérative qui pourrait être utilisée par de nombreuses organisations et particuliers sur une base de partage des coûts. Organismes de soutien aux arts Les organismes de soutien aux arts jouent un rôle clé dans la productivité et le marketing du travail de nos artistes partout au pays et à l'étranger. Certains, comme Music Yukon, sont des organismes de soutien évidents, mais beaucoup d’autres jouent un rôle important dans la présentation du travail de nos artistes, tels que KIAC, Jazz Yukon, le Festival Kluane Mountain Blues, DCMF, YAC, la galerie YA @ W, Arts Underground et bien d’autres. Il est important d'aider ces organisations à développer les outils d'un marketing efficace. Artistes individuels En raison de la nature changeante du monde de la vente au détail, nos artistes doivent évoluer pour commercialiser leur travail par le biais des moyens numériques. Le marketing des artistes à l'ère numérique en constante évolution est confronté à des défis considérables auxquels il faut répondre par une formation flexible et peu coûteuse. Le marketing numérique est essentiel pour l'industrie de la musique et de plus en plus important pour la plupart des autres formes d'art. Une fois encore, l’idée d’une agence de marketing coopérative assistée est intéressante puisqu’un tel service pourrait libérer du temps pour les artistes.
favorite like
1 liked this
open
Thursday, May 2, 2019 - 10:49

Discussion Question 2 – Development

Development encompasses the infrastructure and tools needed to support the sector. Development refers to training, skill building, financing, or work at a certain phase of completion. Development references the beginnings of growth for the maker or the product. Support for creative talent, innovation, and risk are at the heart of development and are foundational pieces in fostering a strong creative and cultural industries sector.

What key development supports do you think would contribute to a healthy and prosperous sector for years to come?

If you would prefer to send us your thoughts privately, please email your responses to TC-CCIS-ENGAGE@gov.yk.ca. Thank you for participating.

Keshah Austin
Communication & Engagement Intern

Comments

Annie Avery
Friday, May 17, 2019 - 09:51
Encouraging and engaging young artists, and potential artists is key to ensuring that there is growth in the sector. For example, the Wood Street MADD programs have been part and parcel of the dance schools, music teachers, and drama productions. As more elementary students are shown these programs, they have more to aspire to. There are many examples of successes in the sector because of these programs. Getting out to communities is not so successful. Consistent and longer lasting support for rural programs could make a difference. Examples could include longer lasting support for violin programs in rural areas. Five years could be considered a minimum for trying a rural music or drama program.
Encourager et engager les jeunes artistes et les artistes potentiels est essentiel pour assurer la croissance du secteur. Par exemple, les programmes MADD de Wood Street font partie intégrante des écoles de danse, des professeurs de musique et des productions théâtrales. Au fur et à mesure que ces programmes sont montrés aux élèves du primaire, ils ont de plus en plus de aspirations. Il existe de nombreux exemples de succès dans le secteur grâce à ces programmes. S'adresser aux communautés n'est pas un succès. Un soutien constant et durable aux programmes ruraux pourrait faire la différence. Les exemples pourraient inclure un soutien à long terme pour les programmes de violon dans les zones rurales. Cinq ans pourraient être considérés comme un minimum pour essayer un programme de musique ou de théâtre en milieu rural.
favorite like
0 liked this
Chris Caldwell
Monday, June 3, 2019 - 17:16
Annie's reference to programs in rural communities and her example of violin studies identifies how expensive said educational services can be as there may be only 1 or 2 students in each location with long distances between; requiring travel and accommodations plus instruction time for the teacher plus weather and road conditions (risk). The issue could be easily and cheaply resolved via live streaming video instruction. This method could also create a new way of linking up students in different towns providing opportunity for them to practice together without the expense and risk of travel. Use the technology we have at our fingertips!
La référence d'Annie aux programmes dans les communautés rurales et son exemple d'études sur le violon identifient le coût desdits services éducatifs, car il peut n'y avoir qu'un ou deux étudiants dans chaque endroit séparés par de grandes distances. nécessitant des frais de déplacement et d'hébergement, plus du temps d'instruction pour l'enseignant, ainsi que des conditions météorologiques et routières (risque). Le problème pourrait être résolu facilement et à moindre coût via des instructions vidéo en streaming en direct. Cette méthode pourrait également créer un nouveau moyen de relier les étudiants de différentes villes en leur offrant la possibilité de pratiquer ensemble sans les frais et les risques liés aux déplacements. Utilisez la technologie à portée de main!
favorite like
1 liked this
yukonnaise
Monday, June 3, 2019 - 17:58
Rachel Grantham here. I replied to Chris' comment but it doesn't appear here that I can see. I wholeheartedly agree with Chris that video conferencing would be a great tool, perhaps not for children, but for adults. As far as young children are concerned, it's so important for there to be a person in the room for them to build a relationship with, for the teacher to be able to see, hear and touch in real time. I do know there are students who are taking lessons through Skype--generally these students already studied in person with some one.But I would think with adults who already have a skill set that they wish to develop, video conferencing would work well to access expertise.
Rachel Grantham ici. J'ai répondu au commentaire de Chris mais il n'apparaît pas ici que je puisse voir. Je suis tout à fait d’accord avec Chris pour dire que la vidéoconférence serait un excellent outil, peut-être pas pour les enfants, mais pour les adultes. En ce qui concerne les jeunes enfants, il est tellement important qu’il y ait une personne dans la pièce avec laquelle ils puissent construire une relation, afin que l’enseignant puisse voir, entendre et toucher en temps réel. Je sais qu'il y a des étudiants qui suivent des cours via Skype - en général, ces étudiants ont déjà étudié en personne avec quelqu'un. compétence.
favorite like
1 liked this
Al C
Sunday, June 23, 2019 - 15:36
DEVELOPMENT Simplify as much as possible the process of Government funding so that the artist or artistic organization can focus on their work and not on grant writing and reporting. Due diligence is necessary, but let us try to keep it to a minimum and be as flexible as possible Recognize that most of the funds spent by arts organizations on staffing return to the Yukon economy and accept that staffing, at a reasonable wage, is one of the biggest challenges our arts organizations face. And, like the rest of businesses in Yukon, particularly Whitehorse the Territory needs to work on ensuring affordable housing. The Northlight Innovation Centre is a model that could be applied to the cultural industries either by funding their integration into the existing facility or by finding another location. When cultural ventures are brought together there can economies of scale and there will be cross fertilization of ideas. Sport Yukon is another model that could be applied to the cultural industries. A portion of the ongoing operating costs for many of our mid-size cultural not-for-profits rest with office space and office resources (printers, copiers, computers etc.) A shared centralized office facility with the expensive resources provided by the Territory would go a long way to free up resources for the making of art. The performing arts including theatre, dance and music are limited in their growth by a lack of venues. This is particularly noticeable in the music industry. Perhaps the Territory could partner with local restaurants and bars and Music Yukon to improve those venues as performance spaces with reasonable acoustics and sound systems. Or work with Music Yukon to develop a couple of portable sound systems that musicians could borrow or rent cheaply. At the same time as we improve conditions for our resident artists and their audiences, we need to ensure that there are programmers and producers that bring challenging and extraordinary work in all disciplines to educate our audiences and to raise the bar for our local creators. Training: We need to create training opportunities for youth in all of the arts disciplines. We need more programmes like MADD for high school students. We need to support not-for-profits like the All City Band and The Heart of Riverdale. We need to introduce digital training for both youth and established artists. There are many learning opportunities in Yukon but we need to support them and make them more accessible. Training: Sponsorships and Philanthropy - Our public needs to discover that the Territory is not and should not be the only source of support for cultural not-for-profits. Yukoners are by nature supporting and generous to many ventures, except those that they believe the government is responsible for. We need to introduce the ideas of sponsorship of and philanthropy to culture sector to our business community. (Note: There are meaningful exceptions to this comment.) Training: Human Relations, Health and Safety, diversity, etc. The cultural sector needs ongoing affordable training in these areas or at least access to his kind of training when offered for other industries.
DÉVELOPPEMENT Simplifiez autant que possible le processus de financement gouvernemental afin que l'artiste ou son organisation artistique puisse se concentrer sur son travail et non sur la rédaction de subventions et la création de rapports. Nous devons faire preuve de diligence raisonnable, mais essayons de la réduire au minimum et d’être aussi flexible que possible. Reconnaître que la plupart des fonds dépensés par les organismes artistiques pour la dotation en personnel reviennent dans l’économie du Yukon et acceptent que la dotation en personnel à un salaire raisonnable des plus grands défis auxquels nos organismes artistiques sont confrontés. Et, comme le reste des entreprises au Yukon, et particulièrement à Whitehorse, le territoire doit s’employer à garantir des logements abordables. Le centre d'innovation Northlight est un modèle qui pourrait être appliqué aux industries culturelles en finançant leur intégration dans l'installation existante ou en trouvant un autre emplacement. Lorsque des entreprises culturelles sont réunies, il est possible de réaliser des économies d’échelle et d’apporter une fertilisation croisée aux idées. Sport Yukon est un autre modèle qui pourrait être appliqué aux industries culturelles. Une partie des coûts de fonctionnement de bon nombre de nos organismes culturels sans but lucratif de taille moyenne repose sur des locaux et des ressources de bureau (imprimantes, photocopieuses, ordinateurs, etc.). Une installation de bureau centralisée partagée dotée des ressources coûteuses fournies par le territoire contribuerait aller un long chemin pour libérer des ressources pour la fabrication de l'art. Les arts de la scène, y compris le théâtre, la danse et la musique, connaissent une croissance limitée en raison du manque de salles. Ceci est particulièrement visible dans l'industrie de la musique. Peut-être que le territoire pourrait s’associer aux restaurants et bars locaux et à Music Yukon pour améliorer ces salles en tant que salles de spectacle dotées d’une acoustique et d’un système de sonorisation raisonnables. Vous pouvez également travailler avec Music Yukon pour développer deux systèmes de son portatifs que les musiciens pourraient emprunter ou louer à bas prix. En même temps que nous améliorons les conditions pour nos artistes résidents et leurs publics, nous devons veiller à ce qu'il y ait des programmeurs et des producteurs qui apportent un travail stimulant et extraordinaire dans toutes les disciplines pour éduquer nos publics et élever le niveau pour nos créateurs locaux. Formation: Nous devons créer des possibilités de formation pour les jeunes dans toutes les disciplines artistiques. Nous avons besoin de plus de programmes comme MADD pour les lycéens. Nous devons soutenir des organisations à but non lucratif telles que le All City Band et The Heart of Riverdale. Nous devons introduire la formation numérique pour les jeunes et les artistes confirmés. Les possibilités d’apprentissage au Yukon sont nombreuses, mais nous devons les soutenir et les rendre plus accessibles. Formation: commandites et philanthropie - Notre public doit découvrir que le territoire n'est pas et ne devrait pas être l'unique source de soutien des organisations culturelles à but non lucratif. Les Yukonnais sont par nature favorables et généreux à de nombreuses entreprises, à l'exception de celles dont ils estiment que le gouvernement est responsable. Nous devons présenter les idées de parrainage et de philanthropie au secteur de la culture dans notre communauté d’affaires. (Remarque: il existe des exceptions significatives à ce commentaire.) Formation: relations humaines, santé et sécurité, diversité, etc. Le secteur culturel a besoin d'une formation continue abordable dans ces domaines ou du moins d'un accès à son type de formation lorsqu'il est proposé à d'autres industries.
favorite like
1 liked this
open
Thursday, May 2, 2019 - 10:48

Discussion Question 3 – Technology

As a tool to create, communicate, engage consumers and audiences, and complete transactions, technology and digital platforms have had a transformative impact on the Creative and Cultural Industries. Technology, and specifically digital technology, interacts with all aspects of the cultural value chain and is a major driver in modern innovation. 

 

What is your highest priority in relation to technology and your work in the sector?

 

If you would prefer to send us your thoughts privately, please email your responses to TC-CCIS-ENGAGE@gov.yk.ca. Thank you for participating.

Keshah Austin
Communication & Engagement Intern

Comments

Annie Avery
Friday, May 17, 2019 - 09:57
My highest priority regarding technology and my work would be adding film to my music. Opportunities to learn how to do this would be recommended. There are sound recording studios, but not so many places to edit film and sound together.
Ma plus grande priorité concernant la technologie et mon travail serait d'ajouter un film à ma musique. Des occasions d'apprendre à faire cela seraient recommandées. Il existe des studios d'enregistrement sonore, mais il n'y a pas beaucoup d'endroits pour éditer des films et des sons ensemble.
favorite like
0 liked this
yukonnaise
Monday, June 3, 2019 - 17:51
My highest priority would be to find training in using editing tools. The film society used to offer lots of workshops in this area, but that seems to have died off. I think the younger generation is more savvy with these things and have been taught how to use in school. I have also tried some online learning but I learn best in a classroom format with a real person. The possibilities are endless when you know how to put something up on a youtube for the world to see and hear!
Ma plus grande priorité serait de trouver une formation à l’utilisation des outils d’édition. La société de cinéma offrait de nombreux ateliers dans ce domaine, mais cela semble s’être éteint. Je pense que la jeune génération est plus avisée avec ces choses et a appris à l'utiliser à l'école. J'ai aussi essayé de l'apprentissage en ligne, mais j'apprends mieux dans un format de classe avec une personne réelle. Les possibilités sont infinies quand vous savez comment mettre quelque chose sur youtube pour que le monde entier puisse voir et entendre!
favorite like
0 liked this
Chris Caldwell
Thursday, June 13, 2019 - 10:59
What was once an option is now a necessity as digital technology is now required for all aspects in the art field without exception. Young artists are not experiencing the challenges faced by elder artists who have been required to adapt our skills while navigating an ever changing race course we never imagined we would have to run. For both young and old the ever shifting technological landscape requires constant huge investment but such machinery isn't factored into available funding allowances through Arts channels - the attitude that home/studio based computer hardware and programs are not a necessary part of the art field needs to change. Costs for training, acquiring new platforms and subsequent hard drives, monitors, storage equipment and high-speed internet access should be a fully refundable expense either via Revenue Canada or via application process through local Government funding sources for reimbursement.
Ce qui était autrefois une option est désormais une nécessité, car la technologie numérique est maintenant requise pour tous les aspects du domaine des arts sans exception. Les jeunes artistes ne sont pas confrontés aux défis auxquels font face les artistes plus âgés, qui ont dû adapter leurs compétences tout en naviguant sur un circuit en constante évolution que nous n'aurions jamais imaginé devoir exécuter. Pour les jeunes et les moins jeunes, le paysage technologique en perpétuelle mutation exige des investissements considérables et constants, mais ces mécanismes ne sont pas pris en compte dans les allocations de financement disponibles par le biais des canaux artistiques - le sentiment que le matériel et les programmes informatiques pour la maison / studio ne constitue pas un élément nécessaire des besoins du secteur artistique changer. Les coûts de formation, d’acquisition de nouvelles plates-formes et de disques durs, écrans, équipements de stockage et accès Internet haut débit ultérieurs devraient constituer une dépense entièrement remboursable, soit par Revenu Canada, soit par le biais d’un processus de demande par le biais de sources de financement du gouvernement local.
favorite like
0 liked this
Al C
Sunday, June 23, 2019 - 15:50
I would echo the earlier comments about the need for training, continuous training, in digital technologies for folk in the creative industries. Further, that training needs to be affordable and available across all forms of art making. The Yukon would also benefit from the delivery of high speed, high bandwidth internet connections to all of our communities. The opportunities, offered by the digital realm, to share our creativity are enormous but they need a solid backbone to succeed. The rapidly changing nature of the digital world makes hardware and software costs a considerable burden for artists who want or need to stay current. An OS update can mean that a computer is no longer supported, and that legacy software will no longer run. This means that an artist may be faced with the considerable costs of updating hardware and software and then the time costs of learning those new devices and software. Many hardware and software companies offer discounted products for education purposes, which is a good trick to ensure future sales. Perhaps the Territory could negotiate something similar for professional artists in all disciplines
Je voudrais faire écho aux commentaires précédents sur le besoin de formation, de formation continue, dans les technologies numériques pour les acteurs de la création. De plus, cette formation doit être abordable et accessible à toutes les formes de création artistique. Le Yukon bénéficierait également de la fourniture de connexions Internet à haute vitesse et à large bande passante dans toutes nos collectivités. Les possibilités offertes par le monde numérique pour partager notre créativité sont énormes, mais elles ont besoin d’un socle solide pour réussir. La nature en mutation rapide du monde numérique fait que le matériel et les logiciels représentent un coût considérable pour les artistes qui souhaitent ou doivent rester à jour. Une mise à jour du système d'exploitation peut signifier qu'un ordinateur n'est plus pris en charge et que les logiciels hérités ne s'exécutent plus. Cela signifie qu'un artiste peut être confronté aux coûts considérables liés à la mise à jour du matériel et des logiciels, puis aux coûts liés au temps d'apprentissage de ces nouveaux appareils et logiciels. De nombreux fabricants de matériel et de logiciels proposent des produits à prix réduit à des fins éducatives, ce qui est une bonne astuce pour garantir les ventes futures. Peut-être que le territoire pourrait négocier quelque chose de similaire pour les artistes professionnels dans toutes les disciplines
favorite like
1 liked this
open
Thursday, May 2, 2019 - 10:47

Discussion Question 4 – Diversity

Yukon has a diverse population and it is important that all members of the community are free to maximize their potential, share their talents, and participate in the Creative and Cultural Industries. Creating products, programs and services that are inclusive and confront barriers to participation, accessibility and capacity will lead to flexibility and long term sustainability in the sector. 

 

What challenges are associated with inclusivity, accessibility and diversity in the creative and cultural industries in the Yukon?

 

If you would prefer to send us your thoughts privately, please email your responses to TC-CCIS-ENGAGE@gov.yk.ca. Thank you for participating.

Keshah Austin
Communication & Engagement Intern

Comments

Annie Avery
Friday, May 17, 2019 - 10:08
Challenges of distance across the territory are certaintly paramount. Challenges also occur with the application process for rural and new Canadians when seeking funding. I don't have any specific solutions, but know that a friendly face can make a huge difference. Artists are usually insecure, and distrustful of bureaucracy.
Les défis de la distance à travers le territoire sont certainement primordiaux. Des difficultés se posent également dans le processus de demande pour les ruraux et les néo-Canadiens lors de la recherche de financement. Je n'ai pas de solutions spécifiques, mais sachez qu'un visage amical peut faire une énorme différence. Les artistes ne sont généralement pas en sécurité et ne font pas confiance à la bureaucratie.
favorite like
0 liked this
Chris Caldwell
Thursday, June 13, 2019 - 12:16
Art is all about diversity, anyone can create art that expresses their own selves, culture or aspirations and show it whenever or wherever they want - this question makes no sense, but I will address it from the perspective of nearly 60 years of immersive study in the visual art field: Government and special interest groups have actively worked toward forming camps and pitting artists against each other to fight for public funding and venues. To gain funding assistance or venue use Yukon artists are tacitly required to form exclusive groups or be and/or express in their art feminism, regionalism, genetic origin, youth or inexperience - meaning one must be female for the women only venues, or Francophone for the french only venues, or First Nations for the First Nations only venues, or a child for the youth only venues, or emerging. There are no general arts venues for the remaining artists in Yukon who don't fit these aforementioned criteria. Arts needs to put greater effort into re-establishing theme-less / category-less territory wide art exhibitions that recognize dedication, skill, talent and achievement, not just craft sales festivals. For Yukon artists to be recognized beyond our limited borders Yukon needs to take art seriously and not treat our artists like lazy brainless hobbyists with nothing better to do. Yukon Arts must eliminate partisan juries (selected from an exclusive list of previous funding recipients) and make use of senior and established artists in their arts funding and exhibition juries. I have always been appalled at my treatment by my juries through my numerous unsuccessful application experiences (yup, there is a sign on the wall in Arts' jury room that says: "nothing ever for Caldwell") as not a one knew a thing about watercolor or drawing technique and style development and dismissed my practice exercise demonstrations as ugly : "not pretty", and/or rigid :"not stretchy", neither of these terms are legitimate or valid art criteria. Yukon Arts needs to stop pandering to political preconceptions and be open to all artists no matter the subject or style. Not all of us create for tourists, not all of us celebrate only Yukon in our work, not all of us can bang off a painting in an afternoon that is fit to exhibit. Great art takes talent, time and discipline, it is not something that can be learned in school as it is inborn and Arts administration needs to recognize this fact or Yukon's art will always remain just for Yukon and Yukon's artists will never achieve beyond Yukon's borders. As to Annie's comment about insecurity: To be an artist requires guts and determination, if the artist is timid they will never achieve their goals - being a career artist is NOT for the fainthearted.
L’art est une question de diversité, tout le monde peut créer un art qui exprime sa personnalité, sa culture ou ses aspirations et le montre quand et où il le souhaite - cette question n’a aucun sens, mais je vais y répondre dans la perspective de près de 60 ans d’études immersives le domaine des arts visuels: le gouvernement et des groupes d’intérêts spécifiques ont activement œuvré à la création de camps et à la mise en opposition d’artistes pour qu’ils se disputent des fonds et des lieux publics. Pour obtenir une aide financière ou un lieu, les artistes du Yukon doivent tacitement former des groupes exclusifs ou exprimer et / ou exprimer dans leur art le féminisme, le régionalisme, l’origine génétique, la jeunesse ou le manque d’expérience - c’est-à-dire qu’il faut être femme pour les lieux réservés aux femmes ou francophone pour. les sites exclusivement français, ou les sites réservés aux Premières Nations pour les Premières Nations, ou un enfant pour les sites réservés aux jeunes ou émergents. Il n’existe aucun lieu d’art général pour les artistes restants au Yukon qui ne répondent pas à ces critères. Les arts doivent redoubler d’efforts pour rétablir des expositions d’art à l’échelle du territoire, sans thème ni catégorie, qui reconnaissent le dévouement, les compétences, le talent et les réalisations, et pas seulement les festivals de vente d’artisanat. Pour que les artistes yukonnais soient reconnus au-delà de nos frontières, le Yukon doit prendre l’art sérieusement et ne pas traiter nos artistes comme des passionnés sans cervelle et qui n’ont rien de mieux à faire. Yukon Arts doit éliminer les jurys de partisans (sélectionnés parmi une liste exclusive d'anciens bénéficiaires de subventions) et faire appel à des artistes confirmés et chevronnés dans leurs jurys de financement et d'expositions. J’ai toujours été choqué par mon traitement par les jurys lors de mes nombreuses expériences de candidature infructueuses (eh bien, dans la salle du jury d’Arts, un panneau indique: "rien n’a jamais été pour Caldwell") car personne ne savait rien à propos de l'aquarelle ou la technique de dessin et le développement de styles et ont rejeté ma pratique d'exercices de démonstration comme étant laide: "pas jolie" et / ou rigide: "pas extensible", aucun de ces termes n'est un critère d'art légitime ou valide. Les Arts du Yukon doivent cesser de se plier à des idées préconçues politiques et être ouverts à tous les artistes, peu importe le sujet ou le style. Nous ne créons pas tous pour les touristes, nous ne célébrons pas tous uniquement le Yukon dans notre travail, nous ne pouvons pas tous créer un tableau dans un après-midi propice à une exposition. Un grand art prend du talent, du temps et de la discipline, ce n’est pas quelque chose que l’on peut apprendre à l’école, c’est inné et l’administration des arts doit le reconnaître, sinon l’art du Yukon restera toujours juste pour le Yukon et ses artistes ne réussiront jamais au-delà des frontières du Yukon. En ce qui concerne le commentaire d’Annie sur l’insécurité: Pour être artiste, il faut du courage et de la détermination. Si l’artiste est timide, il n’atteindra jamais ses objectifs - être un artiste de carrière n’est PAS pour les faibles.
favorite like
0 liked this
Linda Leon
Sunday, June 23, 2019 - 17:26
I'm a member of YA@W. When we moved into our current gallery, we looked at what we could do to make our space wheelchair accessible. We weren't able to do this because the cost would be prohibitive. Consequently, some disabled artists are unable to become members. And disabled guests are unable to visit. It might be a good idea to provide funding for venue renovations so that our galleries and performance spaces are wheelchair accessible.
Je suis membre de YA @ W. Lorsque nous avons emménagé dans notre galerie actuelle, nous avons examiné ce que nous pouvions faire pour rendre notre espace accessible en fauteuil roulant. Nous n’avons pas été en mesure de le faire car le coût serait prohibitif. Par conséquent, certains artistes handicapés ne peuvent pas devenir membres. Et les invités handicapés ne peuvent pas se rendre. Il serait peut-être judicieux de financer les travaux de rénovation des sites afin que nos galeries et nos salles de spectacles soient accessibles en fauteuil roulant.
favorite like
1 liked this
open
Thursday, May 2, 2019 - 10:46

Discussion Question 5 - Open question

Do you have any further comments or suggestions for the development of a Creative and Cultural Industries strategy?

 

If you would prefer to send us your thoughts privately, please email your responses to TC-CCIS-ENGAGE@gov.yk.ca. Thank you for participating.

Keshah Austin
Communication & Engagement Intern

Comments

Annie Avery
Friday, May 17, 2019 - 10:27
Ultimately simplifying processes to help artists engage in accessing assistance. It is time to rethink how the Film and Sound Commission works. Rooms of file folders full of receipts that need to be checked is not the most efficient way of handling funding. Running Music Yukon on a shoestring budget but expecting it to be a mover and shaker in the industry for all of western Canada is difficult. There seem to be more employees in the cultural sector, but is there more funding going directly to artists ? Musicians are being paid up to 50% less than they were 30 years ago for the same employment. Artists are being asked to work for "exposure". Putting the artist or creator at the top of the food chain does not always happen, especially in the music industry.
En fin de compte, simplifier les processus pour aider les artistes à obtenir de l’aide. Il est temps de repenser le fonctionnement de la Commission du film et du son. Les pièces de dossiers remplies de reçus à vérifier ne constituent pas le moyen le plus efficace de gérer les fonds. Courir Music Yukon avec un budget restreint, mais s'attendre à ce que ce soit un moteur puissant pour l'industrie dans l'ouest du Canada est difficile. Il semble y avoir plus d'employés dans le secteur culturel, mais y a-t-il plus de fonds qui vont directement aux artistes? Les musiciens sont payés jusqu'à 50% de moins qu'il y a 30 ans pour le même emploi. Les artistes sont invités à travailler pour "exposition". Placer l’artiste ou le créateur au sommet de la chaîne alimentaire ne se produit pas toujours, en particulier dans l’industrie de la musique.
favorite like
0 liked this
Chris Caldwell
Thursday, June 13, 2019 - 12:35
Checks and balances are a requirement for artists to understand the cost of doing business - artists are now required to be their own representation as the days of large corporate investment (music labels, publishing houses, agencies) are dying off in favor of self creation and self production. It's tedious, boring and frustrating to artists but just because you don't like doing chores doesn't mean you can avoid doing housework :). Artists must undervalue their work by ignoring their own costs; it takes me 1000 hours to create a major painting that might sell for $2,500.00 on a good day because the buyer sets the price by what they can reasonably afford; unfair, yes! But t'is the nature of the "industry".
Les artistes doivent comprendre les coûts et les coûts inhérents à leurs activités commerciales - les artistes doivent désormais être leur propre représentation, à l’époque où les grandes entreprises investissaient (marques de musique, maisons d’édition, agences) et mouraient en faveur de la création de soi et auto production. C'est fastidieux, ennuyeux et frustrant pour les artistes, mais ce n'est pas parce que vous n'aimez pas faire des tâches ménagères que vous pouvez éviter de faire le ménage :). Les artistes doivent sous-estimer leur travail en ignorant leurs propres coûts. il me faut 1 000 heures pour créer un tableau important qui pourrait se vendre 2 500,00 $ un bon jour, car l'acheteur fixe le prix en fonction de ce qu'il peut raisonnablement se permettre; injuste, oui! Mais t'is la nature de "l'industrie".
favorite like
0 liked this
Chris Caldwell
Thursday, June 13, 2019 - 13:02
Arts funding has artificially lowered the public value of original visual art: I attended an art exhibition of new works, the art was priced to cover the framing and commission percentage only as the art had already been "paid for" by Arts funding but the public who attended didn't know. As a result is was assumed that the price of an 18 x 24 inch painting, fully framed and glassed, was $325.00. As I'm fully aware the framing cost between $175.00 and $225.00 and that the gallery takes 35% I realized I was the only one in the audience aware that the art within the frame was free, but for the uninformed general public all they learned was that a fully framed painting should only cost about $325.00. The public didn't learn about the free art in those frames until months after the show when it was announced publicly that said artist had received $10,000.00 to create the art, but by then they didn't really care nor did they make the connection between the funding and the low retail price. The bar was set and now my art, and the art of all self funded visual artists, has been devalued. More public education and disclosure should be required at these kinds of publicly funded art exhibitions so purchasers are made aware that they are buying only a picture frame with free art in it courtesy of public funding, or the artists should be required to price the art at fair market value regardless of the funding they received to create it.
Le financement des arts a artificiellement réduit la valeur publique des arts visuels d’origine: j’ai assisté à une exposition d’œuvres nouvelles; le prix de l’art était calculé en fonction du pourcentage d'encadrement et de commission, car les fonds avaient déjà été "payés" par le financement des arts, mais le public qui a assisté ne savait pas. En conséquence, on a supposé que le prix d’un tableau de 18 po x 24 po, entièrement encadré et vitré, était de 325,00 $. Comme je suis tout à fait au courant que le cadrage coûte entre 175,00 $ et 225,00 $ et que la galerie en prend 35%, je me suis rendu compte que j'étais le seul parmi le public à savoir que les œuvres d'art dans le cadre étaient gratuites, mais tout ce qu'elles ont appris était générique. qu'une peinture entièrement encadrée ne devrait coûter que 325,00 $ environ. Le public n'a appris l'existence de l'art gratuit dans ces cadres que plusieurs mois après le spectacle lorsqu'il a été annoncé publiquement que ledit artiste avait reçu 10 000,00 $ pour créer l'art, mais à ce moment-là, ils ne se souciaient pas vraiment et ne faisaient pas le lien entre le financement et le faible prix de détail. La barre était réglée et maintenant, mon art et l'art de tous les artistes visuels autofinancés ont été dévalués. Une plus grande sensibilisation du public et une plus grande publicité devraient être nécessaires pour ce type d'expositions d'art financées par des fonds publics, de sorte que les acheteurs sachent qu'ils n'achètent qu'un cadre contenant des œuvres d'art gratuites à titre gracieux, ou que les artistes devraient être tenus de fixer le prix de l'art. juste valeur marchande indépendamment du financement qu’ils ont reçu pour la créer.
favorite like
0 liked this